Guerre commerciale Etats-Unis/Chine : quelques indicateurs pour comparer les deux puissances

Technologique, géostratégique, politique… les rivalités entre Washington et Pékin sont multiples et occupent une place de choix dans les médias internationaux.

Back to business, au sens littéral. Intéressons-nous plutôt aux opportunités commerciales qu’offrent ces deux géants, en regardant de plus près quelques indicateurs intéressants à avoir en tête quand on démarre une collaboration avec une entreprise made in China ou made in USA.

D’abord un chiffre : 21 334,2 milliards de dollars. Pour la première fois l’an dernier, la Chine est devenue la première puissance économique mondiale. 2019 marque donc un tournant. L’écart avec les Etats-Unis est faible (20 837,3 milliards de dollars), mais le symbole est fort. Même si le contexte sanitaire actuel devrait avoir des conséquences négatives pour les deux pays, les indicateurs économiques de la Chine semblent indiquer qu’il s’agit de la première économie à redécoller alors que la plupart des pays voient leur croissance chuter ou stagner irrémédiablement.

Si nous faisons un zoom sur les entreprises dans les deux pays, on constate qu’aujourd’hui de nombreuses sociétés chinoises rivalisent avec les fameux GAFAM américains. Huawei, TikTok, WeChat… autant de concurrents sérieux qui sont désormais dans le viseur des Etats-Unis. A tel point que même le monde politique s’en mêle. Cela dit, en termes de puissance de marque, le classement annuel Interbrand* ne laisse aucune place au doute sur la suprématie américaine, puisque la seule entreprise chinoise présente dans ce classement est Huawei… à la 80ème place, tandis que les Etats-Unis détiennent 7 entreprises du Top 10, dont le top 3 (Apple, Amazon, Microsoft). Ainsi, une des forces incontestées des Etats-Unis dans cette guerre économique réside dans son soft power.

Intéressons-nous maintenant aux comportements de paiement au sein des deux puissances. Là où 54,9%** des paiement s’effectuent à temps aux Etats-Unis, c’est moitié moins en Chine avec 26,3% (la moyenne Européenne est de 44,3%). La Chine est à nouveau le mauvais élève pour les retards supérieurs à 90 jours avec 14%, contre 2,8% aux Etats-Unis (3,9% en Europe). Sur ce point, la Chine a donc encore beaucoup de progrès à faire pour rassurer ses futurs partenaires internationaux.

En définitive, même si les Etats-Unis montrent quelques signes de déclin, tandis que la Chine semble continuer son ascension contre vents et marées (et une crise sanitaire mondiale), l’Empire du Milieu a encore un long chemin à parcourir pour égaler les Etats-Unis sur certains indicateurs clés. D’un côté la Chine a su, en une génération, rivaliser voire dépasser les Etats-Unis en termes de conception et de fabrication de biens à forte valeur ajoutée. Mais l’hégémonie commerciale américaine qui s’est étalée sur plusieurs décennies et son soft power incomparable lui assurent, pendant encore quelques temps au moins, sa place de leader.

Manon FOUQUET, Manager.

Sources :